ADIEU BLEUBLOG, BONJOUR WORDPRESS

Voilà…

Vous avez déjà vu la mue de Voisine d’éoliennes, voici le déménagement de la base de données de Vent de Folie. Ou du moins son nouvel hébergement. Vous vous en doutez, vu la masse considérable de la documentation, cela ne se fera pas en une journée. La migration des liens et des documents se fera petit à petit…

Une migration contrainte par les nouvelles modalités de Bleublog, blogs supprimés, devenus payant?? Allez savoir…Pour quelles raisons?  Je ne vais pas me perdre en vaines suppositions. Mais je tiens à vous dire que la base Aminus reste opérationnelle. Vous y trouverez toutes les notes de Vent de Folie même si certains des liens se référant à des documents pdf ne seront plus accessibles dès le 27 décembre. Je les ai tous en sauvegarde personnelle. Si il vous les faut urgemment, vous pouvez laissez un commentaire et un message dans le formulaire de contact. En attendant, l’aventure continue sous d’autres cieux, et que les promoteurs se rassurent, nous ne lâcheront jamais notre os et nous ne baisserons jamais les bras!!!

GERONIMO!!!

Publicités

4 réflexions sur “ADIEU BLEUBLOG, BONJOUR WORDPRESS

  1. Article intéressant,paru dans le journal anglais The Independent, au sujet de la réunion à l’ONU où se sont rendu quelques membres de nos associations d’opposants à l’éolien industriel.

    http://www.epaw.org/events.php?lang=fr&article=uk11 (en anglais)

    Traduction Google Chrome automatique, qui permet de comprendre l’article.

    The Independent 10 décembre 2012
    par Margareta Pagano

    Argyll grand-mère prend Royaume-Uni et l’Union européenne à l’Organisation des Nations Unies sur les plans à tourner en Ecosse « hérisson » parc éolien

    Christine Metcalfe affirme le gouvernement britannique et l’Union européenne ont violé un principe fondamental des droits des citoyens en vertu de la Convention d’Aarhus ONU

    Un conseiller de la communauté d’Argyll est le montage d’un défi historique en justice contre le Royaume-Uni et l’Union européenne auprès des Nations Unies à Genève cette semaine sur leurs politiques d’énergies renouvelables, au motif que le public se voit refuser la vérité sur les bienfaits supposés, et l’impact négatif , de l’énergie éolienne.

    Christine Metcalfe, qui représente Avich et Kilchrenan Community Council, affirme que le gouvernement britannique et l’Union européenne ont violé un principe fondamental des droits des citoyens vertu de la Convention d’Aarhus de l’ONU, et elle comparaîtra devant la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe d’expliquer pourquoi.

    Mme Metcalfe présentera le cas de son conseil lors d’une audience avant de conformité CEE Comité de mercredi prochain, alléguant que le Royaume-Uni et l’UE poursuivent des politiques des énergies renouvelables qui ont été conçus de telle manière qu’ils ont refusé au public le droit d’être informés, ou à vérifier, les avantages allégués dans la réduction de CO 2 et les émissions polluantes nocives de l’énergie éolienne, ou les effets négatifs de l’énergie éolienne sur la santé, l’environnement et l’économie.

    Dans une interview avec The Independent , Mme Metcalfe a déclaré: «Notre défi est démocratique: le Royaume-Uni et de l’UE sont sans passer par les évaluations environnementales appropriées et économiques et des procédures juridiquement contraignantes relatives à la responsabilité démocratique. Ecosse, dit-elle, va être transformé en un «hérisson» en tant que résultat, étant recouverte par plus de 3.500 éoliennes sans tenir compte de l’évidence croissante scientifique qui montre qu’ils ont un effet profondément néfaste sur l’écologie locale et sur ​​la santé des gens. « Ces changements pourraient être dévastatrices si nous avions mérité les informations pour nous permettre de comprendre les avantages. Bon nombre des demandes supposées par le gouvernement s’avèrent aujourd’hui d’être le contraire de ce qu’ils disent.  »

    « Au lieu de cela, il devrait incomber aux promoteurs de prouver le positif. Aucun développeur de parcs éoliens n’a jamais eu à expliquer les avantages de vent. La preuve nous indique que la performance de l’énergie éolienne montre non seulement aucune réduction des émissions de CO 2 et d’autres émissions nocives, mais tout le contraire. Mais Alex Salmond conduit un programme agressif vert comme un train express à travers l’Ecosse, matraquer quiconque se met en travers comme étant un luddite et anti-écologique ».

    En effet, elle affirme que la stratégie de l’Ecosse énergies renouvelables – Réseau Icelandair 2020 en est maintenant à sa deuxième édition – est un document malhonnête et profondément défectueux qui a été publié sans consultation publique.

    Pourtant, Mme Metcalfe, qui est de 69, n’est pas un animal politique: « Je ne suis pas un militant, je ne suis pas un militant, mais une personne ordinaire qui se bat pour la démocratie à la base. Je veux juste l’information t il m’aider à comprendre cela va nous mener. « Prendre le Royaume-Uni et l’Union européenne à l’Organisation des Nations Unies n’est pas ce qu’elle attendait quand elle a pris sa retraite à Argyll, avec son mari, Peter, de l’Angleterre il ya 22 ans. Leur maison est sur le bord du Loch Avich, près de Kilmelford, et ils ont été attirés dans la région en raison de leur amour pour la nature sauvage. Ils ont accès à des centaines d’hectares de zones humides qui abritent des loutres, des balbuzards, aigles de mer et l’aigle royal.

    Le catalyseur de Mme Metcalfe et la décision de son conseil communautaire de lancer le défi de l’ONU a été leur expérience du parc éolien Gheal Carraig et problèmes liés à la voie d’accès – connue comme la Route Ouest Loch Awe Haul bois – dans sa localité AKCC l’; une zone de grande beauté et une aire de nidification pour les aigles royaux, parmi d’autres espèces rares.

    Lorsque le conseil a découvert voie d’accès du parc éolien a été en cours de construction dans une zone proche de l’endroit où le nid des aigles, il a contacté la Commission des forêts, propriétaire du terrain et co-développeur, pour plus d’informations sur un itinéraire alternatif. Mais le FC n’était pas disposée à fournir plus et le AKCC a été contraint d’envoyer des avis d’information Liberté, affirmant que la commission avait détruit des documents importants. « C’est alors que nous décidons de tenir les autorités pour tenir compte», at-elle dit.

    Si le comité retient la plainte, l’ONU a le pouvoir d’exiger que le Royaume-Uni et l’Union européenne d’adhérer à sa décision, car ils sont signataires du traité international connu sous le nom de la Convention d’Aarhus. Les experts juridiques prévoient que si le tribunal conclut en sa faveur, la décision pourrait avoir un impact important sur tous les projets de parcs éoliens dans tout le pays, en tant que développeurs seront obligés de faire beaucoup plus complètes « relevés de prestations» avec leurs applications de planification, et les gouvernements seront doivent appuyer les revendications sur les avantages allégués.

    Plus pertinemment, Mme Metcalfe affirme que certaines communautés en Ecosse sont conduits à un état de guerre civile: «Les parcs éoliens sont des communautés de fractionnement et amis de division. Certains propriétaires fonciers sont si généreusement récompensés pour vendre ou de louer leurs terres aux promoteurs qu’ils ferment les yeux à ce qui se passe réellement. « D’autres, dit-elle, qui ont la témérité de s’interroger sur les bienfaits supposés, sont soumis à menaces de mort, des insultes, et des cambriolages, partout au pays.

    Avec elle au tribunal dans les bureaux de l’ONU à l’avenue de la Paix à Genève sera son avocat, John Campbell QC, l’un des principaux défenseurs d’Ecosse et d’un expert en planification, et Pat Swords, un ingénieur chimiste irlandais et écologiste, dont le propre défi à la politique énergétique de l’Irlande a été confirmée par le comité de conformité de la CEE plus tôt cette année. Il a appelé à une révision judiciaire d’Irlande du Plan d’action énergétique renouvelable. Les représentants des DEFRA du Royaume-Uni et l’UE devraient également assister à l’audience.

    Alors que Mme Metcalfe admet quelques nerfs sur le voyage 1800 km de Genève, elle est résolue: «Je le fais pour ceux qui n’ont pas voix au chapitre. L’absence de débat, et des informations sur les effets négatifs de l’énergie éolienne, signifie que les personnes et l’environnement dans mon pays sont traités par le gouvernement comme des dommages collatéraux. Quel que soit le résultat de Genève, il y aura des répercussions, car les insuffisances de la politique énergétique actuel, fondé sur la ruée vers l’énergie éolienne, seront exposés.  »

    Nous voyons bien que c’est partout la même chose.

  2. Q’est-ce qu’on prédit depuis des années et qui n’est pas entendu par nos politiciens et nié farouchement par les promoteurs?
    Entre l’exagération de la production annoncée, la spéculation, les certificats verts et les subventions étatiques faramineuses, la corruption mafieuse il y a de plus en plus de preuves que l’énergie éolienne est une tromperie écologique et financière.
    Voici une nouvelle étude du 12 décembre 2012, réalisée par des spécialistes anglais, qui se sont penché sur la durée de vie et le coût des fermes éoliennes.

    Les éoliennes ont une durée de vie de seulement 10-15 ans:

    « La Fondation des énergies renouvelables [1] a publié aujourd’hui une nouvelle étude, la performance des parcs éoliens au Royaume-Uni et le Danemark , [2] montrant que la vie économique d’éoliennes onshore se situe entre 10 et 15 ans, et non pas les 20 à 25 année projetée par l’industrie éolienne elle-même, et utilisée pour les prévisions du gouvernement.
    Le travail a été effectué par l’un des économistes du Royaume-Uni en matière d’énergie et de l’environnement de premier plan, le professeur Gordon Hughes, de l’Université d’Edimbourg [3], et qui est anonymement reconnu par ses pairs.
    Cette étude novatrice s’applique à une analyse statistique rigoureuse, des années de données de vent basées sur les réelles performances des fermes éoliennes, à la fois au Royaume-Uni et au Danemark.
    Les résultats montrent que après une prise en compte des variations de la vitesse du vent et des caractéristiques du site, le facteur de charge moyen de parcs éoliens diminue considérablement à mesure qu’ils vieillissent, probablement à cause de l’usure. En 10 ans, la contribution au Royaume-Uni d’une ferme éolienne moyenne, pour satisfaire la demande d’électricité, a diminué d’un tiers.  »

    Article complet ci-dessous:
    http://www.epaw.org/documents.php?lang=fr&article=in8

    Conclusion:

    Dr John Constable, directeur de la Fondation Energies Renouvelables, a déclaré:
    «Cette étude confirme les soupçons que des décennies de généreuses subventions à l’industrie éolienne ont échoué à encourager l’innovation nécessaire pour rendre le secteur compétitif. Pour dire les choses, les éoliennes onshore et offshore coûtent encore trop cher et s’usent trop rapidement pour offrir au monde en développement une alternative réaliste au charbon.  »

    Chez nous en Suisse le fonctionnement à pleine charge d’une éolienne est de 1500h au maximum par année, à cause du manque de vent. Ce qui veut dire qu’elle produit moins de 1 jour sur 5 dans les meilleures conditions.
    Ajouter l’intermittence, l’usure déjà au bout de 2 ans à 5 ans de fonctionnement ( garantie des fabricants) et la production réelle sera de 1 jour sur 7 ou 8 ou 10…
    Et pourtant les subventions à l’éolien industriel grimpent chaque année, par exemple au détriment du solaire et de la géothermie…

    Bienvenue dans le monde absurde de « l’écologie » industrielle qui veut nous sauver du nucléaire, du gaz, du charbon et du pétrole!!!

  3. A la question:
    Pourquoi les industriels de l’électricité construisent-ils des parcs à perte, partout et même quand il n’y a pas de vent?
    Vous avez la réponse ci-dessous:
    
L’enrichissement des promoteurs se réalise au travers des subventions, par la spéculation (les parcs se vendent et se rachètent comme n’importe quel objet immobilier) et la vente de certificat de CO2, comme le prouve les enquêtes engagées en Europe contre la filière éolienne.


    Communication de J.L.Butré, Président de la Fédération Environnement Durable 

http://environnementdurable.net
    



    Article de Ludovic Grangeon , 
Mercredi 19 décembre 2012 


    http://www.economiematin.fr/les-experts/item/2867-ecologie-certificat-carbon


    Après la délinquance en col blanc, la délinquance verte:
 


    « En France, la Cour des Comptes a dénoncé en 2012 plus d’1.8 milliard d’euros de fraudes aux certificats carbone, avec 18 procédures judiciaires en cours. En France, la Cour des Comptes a dénoncé en 2012 plus d’1.8 milliard d’euros de fraudes aux certificats carbone, avec 18 procédures judiciaires en cours.
Vendredi dernier, 500 policiers ont investi le siège de la Deutsche Bank à Francfort, la banque centrale allemande. Ils ont perquisitionné les locaux et interpellé 25 personnes dont le co-président en personne, Jürgen Fitschen, et le directeur financier, Stefan Krause, dirigeants principaux du conseil d’administration.
L’objet de cette opération de police d’envergure était encore plus grave que d’habitude. Il s’agit cette fois de fraude aux certificats carbone, ces fameux certificats verts dont tout le monde parle mais dont personne ne connait rien. Ils sentent de plus en plus le soufre ces certificats. Leur fraude est estimée par les polices financières à 5 milliards € rien que pour cette année.
Quelques exemples : un ministre ukrainien a été impliqué dans un détournement de 300 millions de certificats en 2011. En un an, le marché italien des certificats carbone a engendré 500 millions de fraudes avant d’être fermé en catastrophe. En France, la Cour des Comptes a dénoncé en 2012 plus d’1.8 milliard de fraudes aux certificats carbone, avec 18 procédures judiciaires en cours. Ce procédé est la gangrène des énergies renouvelables dont il a complètement pourri la base. Avec l’opération de police à la Deutsche Bank, on atteint un niveau industriel de fraude.
Le principe est simple : vous construisez par exemple un parc d’éoliennes. D’une part votre électricité sera obligatoirement rachetée au prix fort par le contribuable, même si elle est de mauvaise qualité. Mais d’autre part, il existe une ressource souterraine encore plus intéressante : sans rien dire à personne, vous allez pouvoir négocier au niveau mondial des « certificats » qui vont être rachetés par des industriels pollueurs pour pouvoir continuer à polluer. Ces certificats sont autorisés au nom de mystérieux quotas internationaux définis par quelques experts et surtout quelques banquiers dans le secret de ces fameuses conférences internationales sur le réchauffement climatique. De toutes façons, leur montant compte peu, car ils sont très mal contrôlés et servent souvent plusieurs fois…
    Pourquoi des financiers se sentent soudain concernés par l’avenir de la planète ? Parce que ce système vaut beaucoup d’argent. On saisit mieux pourquoi des promoteurs battent la campagne pendant plusieurs années pour installer des éoliennes dans des coins reculés des campagnes françaises. Ce n’est ni l’électricité, ni l’avenir de la planète qui les intéresse, mais un pactole souterrain considérable souvent objet d’évasion fiscale de masse, dont personne ne soupçonne l’ampleur, et dont ils se gardent bien de parler. D’une part le contrôle de ces certificats est très léger et illusoire. Chacun sait qu’il existe des certificats émis plusieurs fois pour le même équipement, ce qui est totalement interdit. Les organismes de « contrôle » sont souvent de simples officines privées à la merci des groupes industriels et financiers qui les ont créées.
    Ceci veut dire aussi que plus on construit d’éoliennes, par exemple, plus on prolonge la pollution de la planète dans ses aspects les plus graves. Bien au-delà du simple aspect de l’énergie, la rentabilité de vieux équipements polluants est telle que leurs propriétaires sont prêts à subventionner gratuitement des opérations d’énergie renouvelable, tellement elles leur font gagner d’argent.
    Bien pire, ce système intéresse désormais les mafias internationales car il permet de blanchir, ou plutôt de « verdir » beaucoup d’argent en peu de temps. Le Service de Renseignement et d’Analyse sur la Criminalité Organisée vient de produire un rapport dans ce sens à l’attention du premier Ministre. Avec un tel système, les « pourboires » locaux sont tentants et faciles, et représentent un montant dérisoire des gains. Ainsi, les opérations d’énergie renouvelable, comme le solaire ou surtout les éoliennes, sont devenues la partie apparente et alibi d’un vaste trafic financier international… subventionné par le contribuable…

  4. Concernant le sujet de RTS sur les jets de glace des éoliennes au Mont-Crosin et de la sécurité des pistes de ski de fond.

    On y parle de 150 m de distance par rapport aux éoliennes?
    De l’inconscience ou de la malhonnêteté?
    Je penche pour un mépris total envers la population de ce pays, comme on le voit déjà pour les questions graves de nuisances sonores près des parcs déjà en fonction.
    Une relecture de certains passages de ce document peut être utile, tout en sachant que chez nous, ce sont les mêmes machines avec les mêmes infrastructures. Et pire encore, les 1000 à 1500 éoliennes projetées n’ont plus 150m de haut comme sur ce rapport, mais 200 m en moyenne.

    L’interdiction stricte d’accès au public est évaluée, pour ces machines de 200m, à un rayon minimum de 400m, autour de chaque machine.

    Vous comprenez pourquoi les promoteurs et autorités politiques préfèrent taire les vrais danger avant la construction des parcs…
    Ensuite ils n’ont qu’à poser des panneaux d’interdictions et instituer des périmètres de sécurité autour des parcs.
    En voyant les distances de sécurité préconisées ci-dessous aux points 1. 2. et 3. , vous pouvez mesurer les surfaces, en km2 qui, de fait, dans ces régions, vont être progressivement interdite à la population, qui pour l’instant peut encore se promener librement dans la nature…

    LA SÉCURITÉ PUBLIQUE DES CENTRALES ÉOLIENNES INDUSTRIELLES.
    Constat de carence
    Rapport du Conseil Général des Mines 2007

    http://ventdubocage.net/documentsoriginaux/securite/20070312%20Dossier%20Risques%20%E9oliens.pdf

    Extraits de l’Annexe II –
    Risques intrinsèques des aérogénérateurs (pages 2 à 5)

    Page 3:
    « Pour marquer les esprits, il faut retenir que pour une éolienne de 125 m de haut la distance de projection est de 1250 m soit 10 X la Hauteur En Bout de Pale.
    Les beaux diagrammes de probabilité des constructeurs indiquant d’infimes chances que des débris soient projetés à plus de 200m sont assurément trompeurs. »

    Page 5
    « En conclusion:
    Une analyse mathématique simple, à laquelle s’ajoute des considérations sur la probabilité a priori d’accident majeur, prouve qu’un aérogénérateur constitue réellement un engin tournant industriel dangereux dans un cercle de rayon 12 fois la Hauteur En Bout de Pale. (HEBP).
    Par mesure de précaution, il serait sage , d’une part, d’interdire toute construction de centrale à une distance inférieure à :
    1. 4 X HEBP donc 500 mètres pour un aérogénérateur de 125 mètres de haut, de toute canalisation de transport d’énergie ou voie de circulation.

    Donc 800m chez nous…

    2. 10X HEBP, donc 150m x 10 =1500 mètres de toute habitation.

    Donc 2000m chez nous…

    Et d’autre part, de définir un périmètre de sécurité de :

    3. 2 X HEBP donc 150m x 2= 300m autour de la centrale dont l’accès serait strictement interdit au public et aux risques et péril des exploitants. »

    Donc un rayon de 400m autour de chaque machine chez nous…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s