Les mots pour le dire!

les mots pour le dire!

…Ce pourra peut-être être une image mémoire du Jura, du temps où les crêtes et les sites étaient vierges d’implantation d’éoliennes….
Je ne me résous pas à ce que mes images jurassiennes deviennent des images d’archives…Pourtant, quand je regarde ces crêtes, la peur et le doute m’habitent parfois!…

******
Revue de presse, 26 avril:

26.04.2011 – Radio Suisse Romande

Philippe Roch, auteur du livre « Eoliennes, des moulins à vent »

SUISSE – Philippe Roch est un défenseur infatigable de l’environnement. Il s’en prend aujourd’hui aux éoliennes et à leurs promoteurs qui veulent en installer partout.

Son dernier ouvrage « Eoliennes, des moulins à vent » vient de sortir aux éditions Favre.

Philippe Roch, l’ancien directeur de l’office fédéral de l’environnement était l’invité du Journal du matin

« Pour remplacer une seule centrale nucléaire, il faudrait 4000 éoliennes, ce n’est pas envisageable en Suisse » nous dit Philippe Roch, qui poursuit: « en plus d’être nuisibles pour le paysage et bruyantes, les éoliennes ne sont pas aussi efficaces que ce que l’on croit. Elles ne fonctionnent à pleine puissance qu’un septième du temps environ ». Donc il estime « chimériques » les estimations qui tablent sur 18% à terme de courant éolien.

Que pense-t-il alors de certains défenseurs de l’environnement, favorables aux éoliennes, comme Isabelle Chevalley ou Roger Nordmann ? « Leur propos est sincère, mais ils sont pris dans un mouvement trop heureux d’avoir enfin une alternative renouvelable au nucléaire. Ils ont oublié leurs repères et ne fondent pas leurs convictions écologiques sur ce qui est primordial, c’est-à-dire le respect de la nature. » Et de compléter son propos par cette sentence: « On a perdu la notion des aspects poétiques de la nature ».
La poésie, peut-on se la permettre, au temps de Fukushima et Tchernobyl, n’est-ce pas une vision trop Rousseauiste? « Oui, mais pas seulement. Ce que nous faisons subir à la nature par notre vision matérialiste et expansionniste, c’est une position qui va détruire la nature, la source de notre vie, et par conséquent de notre économie aussi ».
http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/l-invite-du-journal/?date=26-04-2011
Vous avez trouvé les mots pour le dire…
Merci Mr Roch!

Publicités