Eoliennes, radios et journaux…..Le Trio!

DUPLICITé DE LA PRESSE

2 novembre 2011

Or donc, est parue dans Le Temps du 29 octobre, une interview de Walter Schmied, membre du comité de Suisse Eole.


.
En regardant de plus près l’activité politique de Monsieur Walter Schmied, politicien UDC, j’ai pu apprendre qu’il a été l’auteur d’une motion parlementaire déposée en 2006 et qui avait pour objet la protection du patrimoine que constituent les pâturages boisés…En rire ou en pleurer? Sur ce très officiel document fédéral, n’est déclaré, je cite, aucun lien d’intérêts…Depuis quand Monsieur Schmied fait-il partie du comité de Suisse Eole?
.
Dans l’article publié par Le Temps, on y découvre le soin tout particulier que ce monsieur attache à son image…Ainsi, sans connaitre les coulisses du dossier éolien, on pourrait croire aux propos de Monsieur Schmied et se sentir soulagé d’apprendre qu’il souhaite enfin accorder aux futurs riverains de machines, aux collectivités, aux propriétaires fonciers, l’écoute tant souhaitée, la conciliation tant attendue…A y regarder de plus près, et comme l’a si justement souligné ma Chère Voisine, un détail fâche pourtant…La photo jointe à cet article relatant des propos qui se voudraient apaisants…En effet Monsieur Schmied pose devant une machine à peine plus grande que le hochet de Madame X, et dont on apprend qu’elle serait en fait une des premières machines implantées au Mont Crosin en 1997, machine de petite taille dont la population ne s’est pas plainte. Ce faisant l’image véhiculée, une fois de plus, est celle de choses dont on pourrait imaginer qu’il serait possible de vivre avec… Ne nous y trompons pas, l’eau a coulé sous les ponts depuis et la taille des machines actuelles n’a ABSOLUMENT plus rien à voir!
.
Dans un tel cas de figure, que penser de l’attitude et du professionalisme du Temps?
Quels seraient les mots adéquats?
Duplicité, complicité, incompétence et complaisance?
.
Car finalement, ce journal publie cette interview et y joint une image dont on a vu le caractère obsolète, ceci en toute connaissance de cause.
.
Les journalistes pourraient se donner la peine de plancher sur un vrai dossier d’investigation, prendre le soin de vérifier ce qu’on leur dit, songer à ne plus confondre kW et kWh (dans un article sur l’énergie, celà fait désordre) et cesser enfin de parler de ménages desservis dès l’annonce d’une nouvelle installation de production énergétique!

La palme du reportage lénifiant revenant sans aucun doute possible à la dernière mouture de la Planète Bleue retransmise par Couleur3. Emission d’ Yves Blanc dont la culture musicale avant-gardiste et alternative est inversément proportionelle à la valeur et à l’engagement scientifique de ce « dossier » sur l’éolien marin…
.
.
Faudra-t-il attendre le massacre de nos régions, l’annonce des rendements sur-estimés, la reconnaissance des travaux scientifiques traitant du syndrôme éolien, le pillage des terres publié pour avoir enfin un dossier journalistique de la valeur de reportages comme Histoire Vivante, ou de dossiers renversants dont la BBC a parfois été l’auteure (au prix d’engagements réels et impressionnants de la part de journalistes intrépides et sans concessions) ?
Ne serait-il pas plus important de retrousser ses manches dès aujourd’hui au risque de déplaire à ses annonceurs? Le sujet ne mérite-t-il pas une attention de la première importance? Aucun de ces médias ne pourra dire qu’il ne savait pas, les infos sont disponibles sur le net pour autant qu’on se donne la peine de les chercher, les trier et les mettre bout à bout, voire de prêter enfin une réelle écoute aux riverains et opposants qui ont aussi des choses à dire et ne sont pas forcément des abrutis
.
Et peut-être finalement aller sur le terrain, faire du reportage et de l’enquête…Du journalisme, quoi!
.
.
.
A LIRE
.
Ne pointer du doigt que Le Temps et Couleur3 serait injuste.
L’on ne saurait oublier L’Hebdo qui affiche clairement et sans ambiguïtés, côte à côte, ses liens avec les SIG là où figure un article sur les investissements à l’étranger des compagnies électriques suisses. Peut-on encore parler de journalisme…?
L’on avait déjà pressenti chez Alain Jeannet un côté plutôt acquis aux aérogénérateurs….
Ceci expliquant celà, on comprendra le ton de l’article.

Vent de Folie from Switzerland Edit

Ont cosigné la motion Schmied pour la protection des pâturages boisés:
– Christophe Darbelley, PDC, qui, on se souvient, a voté favorablement sur la motion Rutschmann, pour l’abolition du droit de recours en matière d’énergie…
– Pierre Kohler, actuellement maire de Delémont, qui a la mémoire courte et qui a dû oublier sa griffe sur ce document depuis qu’il projette un certain nombre de parcs éoliens…
– Luc Recordon, comité de l’initiative sur le paysage et fervent défenseur de cette industrie…

2 Nov 2011 11:24pm

voisine d eoliennes industrielles from Switzerland Edit

Merci d’avoir développé le sujet. Je pense que la presse a de plus en plus de peine à répondre aux attentes des lecteurs. Elle a perdu son indépendance en devenant tributaire de ses abonnés et de ses annonceurs. Les journalistes qui aujourd’hui font un véritable travail de fond sont harcelés et traînés en justice. Les reportages qui traitent sérieusement d’un sujet sont refusés par les télévisions sous prétexte qu’ils sont anxiogènes… Paradoxalement, les documentaires qui mettent le doigt sur des sujets qui font mal ont le vent en poupe, les blogs qui dénoncent ce que l’on ne trouve plus dans la presse connaissent un succès étonnant. La presse en laissant l’économie lui dicter ses articles a perdu beaucoup de plumes et de crédibilité. On va chercher l’information ailleurs et on lit les journaux si l’on ne veut pas vraiment savoir la vérité. Un moyen confortable de passer à côté d’une réalité qui devient de moins en moins avouable. Elle joue un peu le rôle du roman photo que l’on trouvait autrefois dans les salons de coiffure… Quel gâchis. L’économie a tout acheté, aujourd’hui elle se rue sur les derniers espaces libres de la planète avec la bénédiction de tous ceux qu’elle a mis à genoux devant elle.

3 Nov 2011 9:29am

Vent-de-Folie from Là-haut, Switzerland Edit

Toujours publié dans Le Temps sur la même page, ce publireportage de Alpiq relatant les déboires et limites du modèle allemand qui a déjà commencé de manière active sa sortie du nucléaire. Quels paradoxes dans le discours d’Alpiq…Une couleur et son contraire, sur la même page, dans le même journal, le même jour! Qui plus est dans un quotidien qui a un peu plus de prétention qu’un petit canard de boulevard…Je suis interpellée! Et j’espère qu’il se trouvera aussi à la rédaction un journaliste qui décidera de sortir sa pelle et de se mettre à creuser…

Chamois des Crêtes from Switzerland Edit

Les SIG?…Eh bien, qu’ils investissent à l’étranger…sans se demander pour quelles raisons les propriétaires de parcs éoliens les vendent, ces juteuses bonnes affaires (qui n’en sont surement plus après quelques années d’exploitation)..

Vendre aux Suisses au CHF si fort, quelle aubaine! et on se débarasse de canards boiteux…attendez de voir le résultat dans quelques années (d’ailleurs ALPIQ et FMB ne se plaignent-ils pas de faire des pertes) ?

3 Nov 2011 5:52pm

Vent de Folie from Switzerland Edit

Où l’on peut lire que le réseau électrique allemand doit construire des milliers de km de lignes à haute tension pour être en mesure d’absorber et de distribuer le courant éolien…L’industrialisation ne se limitera pas aux seules régions « venteuses » mais seront bel et bien le lot de tout le pays…On se réjouit!

4 Nov 2011 8:26pm

Juste pour dire from Switzerland Edit

Monsieur Thierry Meury fait partie de l’équipe de la Soupe, émission à la RSR qui se veut comique, mais si vous les écoutez bien , vous constaterez combien ces gens sont grossiers dans leur langage et irrespectueux des gens dans leurs caricatures.

Des « artistes » qui jouent les bouffons, mais qui ne crachent pas dans la Soupe quant il s’agit de toucher des ronds de la part d’une service dit « public », et qui ne se privent pas de se faire gratuitement de la pub pour leurs spectacles personnels.

http://soupe.rsr.ch/?page_id=2646

Des humoristes soi-disant contestataires, mais complétement intégrés au système et qui se nourissent à son ratelier.

Souvenez-vous comment ils ont parlé des gens de Bourrigon et des jurassiens en général.

Au moyen-âge, on appelait ces gens: les bouffons du roi…

Des bobo pseudo-révolutionnaires payés par le système, donc par nos impôts (la fameuse redevance radio-TV plus les subsides publics) pour distraire le bon peuple bêta le dimanche aux heures de pointe en exploitant des situations souvent tristes, voire tragiques.

 

Juste pour dire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s