Quoi de neuf, Docteur?

docteur

10 janvier 2013

.
Mes Chers,
.
Après cette absence des fêtes qui s’est un peu prolongée me voici de retour avec des réflexions et des questionnements. Sur notre avenir énergétique. Et sur le pourquoi de l’acharnement à vouloir planter des hélices dont je commence à entrevoir le pourquoi du comment…
Mais commençons par le commencement:

.
.
.
VENT DE FOLIE; LA BASE DE DONNÉES, C’EST ICI!
.
Si vous avez des suggestions ou des idées, ou encore des liens fracassants c’est bien volontiers que je les incluerai dans cette collection d’infos qui est en train de s’élaborer…
.
.
.
A FAIRE
.
Voter pour Repower, nomminé 2013 pour les publics Eyes Awards, au sujet de son exploitation scandaleuse de charbon calabrais!
.
Pour ceux qui ne le sauraient pas, Repower est une entreprise active dans l’énergie et dans l’éolien en Suisse, et fait partie de ces promoteurs qui ne manqueront pas de vous faire la morale si d’aventure vous osiez émettre des doutes sur le futur qu’ils vous réservent avec leurs aérogénérateurs…
On se souvient qu’en 2009 cette distinction avait été remise aux Forces Motrices Bernoises pour récompenser leur investissement de 1.6 milliard de francs dans une centrale thermique à charbon en Allemagne…
.
.
.
L’ÉOLIEN,LE DÉBUT DE LA FIN…
.
Lit-on partout…Ainsi ces article d’Économie Matin titraient et annonçaient la décrépitude de cette industrie en voie de déclin… Tant mieux et enfin ais-je eu envie de dire. La vérité sur le terrain montre une réalité qui est autre. Ainsi en Grande-Bretagne, et ce même après les déclarations du ministre de l’énergie qui annonçait vouloir abandonner l’éolien terrestre, on se demande si ce pays, à l’instar de baucoup d’autres ne nagerait-il pas en pleine confusion. Je rejoins les questionnements de l’EPAW qui se demande si’il s’agit de folie collective ou de corruption du système. Si l’on regarde la carte de Grande-Bretagne, la réalité donne le vertige. En Suisse, vous le savez sans doute tous, une telle carte existe aussi.
On se souvient pour la petite histoire que Madame Chavalley, présidente de Suisse Eole avait tout de suite annoncé que cette carte était fausse. Rien d’étonnant, il fallait bien qu’elle dise quelque chose. Et d’annoncer que Suisse Eole travaillait sur une carte exacte à publier « prochainement ». En ce jour de janvier 2013, soit 7 mois après cette déclaration, nous attendons toujours. Je prends le pari que nous pourrons attendre encore longtemps…Et je precise que cette carte de projets suisses ne montre que la moitié des projets, certains autres, sur Vaud notemment étant tenus sous secret commercial! De peur que les personnes concernées puissent s’informer peut-être?
.
J’ai envie dans ce billet, de mettre en résonnance deux billets parus récemment.
Le premier attirait l’attention sur la rentabilité déficitaire de l’éolienne du Nufenen. Le calcul est simple, le déficit atteint 5 centimes par kWh produit..
Le second rapporte une étude sur la longévité et les performances productivistes des éoliennes. Elles n’éxèdent pas 10 à 15 ans!
.
(Voir le communiqué de presse à ce sujet. On y apprend notamment que les éoliennes danoises offshore s’usent plus rapidement que leurs consoeurs britaniques onshore. La faute aux conditions climatiques extrêmes? Quand sera-t-il des machines jurassiennes soumises aux rigueurs de l’hiver montagnard? On sait que ces machines ont été développées pour des plaines et non des montagnes. Il sera intéressant de suivre, année après année, la production de la machine du Nufenen.)
.
Or, pour qui sait compter, le calcul du prix coutant du kWh produit tient compte du montant de l’investissement et de la durée de l’amortissement.
Jusqu’alors, et selon les chiffres annoncés par les promoteurs et les fabricants de machines, cette durée se situant autour de 20 à 25 ans.
Vous avez bien lu. Ces machines ont une longévité de 45% plus courte que prévu. Avec un changement de paramètre de cette ampleur, le déficit de production sera d’autant plus grand!
.
Un ingénieur de mes amis attirait mon attention sur le fait que l’éolien était le type même du projet que l’on appelle perdant-perdant.
.
Je veux bien le croire, mais…
.
Mais je suis convaincue que ce qu’un financier déteste le plus par dessus tout, c’est perdre de l’argent. Perdants les riverains, les collectivités, l’environnement, ça oui, j’en suis convaincue. Pourtant cette industrie continue d’avancer, pour preuve cette carte anglaise et suisse. Ou du moins, à défaut de projets construits, des projets de papier.
.
Je me suis demandée où était l’os. C’est encore une fois dans les articles d’Économie Matin qu’est apparu un élément de réponse.
.
.
.
LE TRAFIC DES CERTIFICATS VERTS
.
Une partie de la réponse se trouve dans cet article:
.
Après la délinquence en col blanc, la délinquance verte.
.
Avec cette conclusion consternante:
.
Ainsi, les opérations d’énergie renouvelable, comme le solaire ou surtout les éoliennes, sont devenues la partie apparente et alibi d’un vaste trafic financier international… subventionné par le contribuable…
.
Le Mexique a déjà expérimenté in vivo les conséquences de ce business infâme. Plus près, la Grèce à genoux se voit devenir la proie des vautours…
.
Revenons à Repower. Nous savons de Wiki que cette société exploite plusieurs parcs éoliens en Italie, dont la Sicile!, et en Allemagne.
.
Ceci pour exploiter le charbon calabrais blanchi par l’éolien sicilien???
.
Raccourci purement spéculatif, j’en conviens, mais les lumières apportées ci-dessus rendent ce questionnement légitime.
.
N’y aurait-il pas matière à enquête approfondie? ON DEMANDE UN JOURNALISTE D’INVESTIGATION VOLONTAIRE ET CURIEUX??? 😉
.
Un article paru dans le quotidien Le Temps qualifiait pourtant cette société de « verte » et ceci selon une enquête de la banque Sarasin, quel gag!
.
Nous venons de voir qu’il n’en est rien et Le Temps, sur ce coup là et sur d’autres aurait bien fait de revoir sa copie…Comme bien des cannaux d’information de Suisse d’ailleurs.
À l’éclairage de ces nouvelles de corruption révélée en Italie et en Allemagne, en France aussi semble-t-il, le manque d’analyse critique et pertinente, de la presse suisse aux industriels éoliens m’apparait de plus en plus louche. (À quelques rares exceptions près) .
Une fois n’est pas coutume, je rejoins Madame Chevalley dans ses conclusions au sujet du travail des journalistes:
.
« Si les médias vérifiaient un peu leurs chiffres, leurs sources, s’ils étaient plus attentifs aux tentatives de manipulation, le savoir commun n’en sortirait que grandi, merci d’avance!« 
.
Si les médias se mettaient vraiment au travail, en toute indépendance, je ne suis pas du tout sure que le résultat caresserait Suisse Eole dans le sens du poil!
Et il sera passionnant de découvrir quel est l’état sanitaire et le degré de contamination des négociations éoliennes qui ont lieu dans notre pays!
.
.
.
Ailleurs, d’autres arrivaient au même constat.
.
Voici le contenu d’un courrier reçu de France:
.
Bonjour à toutes et à tous,
.
Rien ne va plus au royaume du dieu Eole.
.
Les éoliens versent des larmes de crocodiles de l’autre côté du Chanel. Le gouvernement anglais vient de stopper toutes implantations terrestres d’éoliennes sur l’ensemble du pays.
.
GRANDE BRETAGNE: EOLIEN TERRESTRE LA FIN
Le nouveau ministre de l’énergie britannique a choisi le jour du congrès des énergies renouvelables britanniques le 31 octobre 2012 (l’équivalent du SER en France) pour annoncer l’ARRÊT de la CONSTRUCTION DES ÉOLIENNES TERRRESTRES EN GRANDE BRETAGNE Le Ministre de l’Energie John Hayes a annoncé qu’il ne serait plus construit de nouveaux projets éoliens au Royaume uni.
En réalité, c’est le commencement de la fin de l’un des plus grands délires de l’époque actuelle.
.
Au Danemark, scandale sanitaire. Le gouvernement danois trichait sur les conséquences des nuisances dues aux éoliennes.
.
Scandale éolien au Danemark Un article de la presse danoise révèle un profond malaise au sujet des éoliennes au Danemark. Le Ministre danois de l’environnement avait toujours prétendu que les limites imposées dans son pays en ce qui concerne le bruit émis par des éoliennes étaient les plus contraignantes du monde. Pourtant, il vient d’avouer qu’entre 4 et 11% des riverains seront incommodés par les pulsations caractéristiques des éoliennes, dont près d’un millier d’unités additionnelles va être imposé aux populations des campagnes sur un territoire déjà saturé de ces gigantesques machines. Le professeur Henrik Moeller, de la prestigieuse Université d’Aalborg, vient de revenir à la charge contre son gouvernement à ce sujet. Il l’avait déjà fait l’année dernière, dénonçant alors d’importantes irrégularités dans l’établissement des normes pour évaluer les sons à basses fréquences émises par les éoliennes. Cette fois-ci, il accuse le Ministre de l’Environnement d’être au-dessous de la réalité avec ses chiffres de 4 à 11%. Selon les estimations du professeur, ce sont de 22 à 42% des riverains qui seront gênés par le bruit des éoliennes. « Ce mépris pour la santé du peuple danois aura de fâcheuses conséquences », opine le docteur Mauri Johansson, Spécialiste en médecine occupationnelle et de la communauté au Danemark, « parce que beaucoup de pays prennent modèle sur Copenhague quand il est question de limiter le bruit des éoliennes». Le docteur Sarah Laurie, qui dirige la Fondation Waubra en Australie, remarque que ceci risque de coûter très cher à la société. « L’amiante, le tabac, et maintenant les éoliennes : c’est le même processus. Les autorités sanitaires nient l’existence du problème, se reposant sur des études mensongères commanditées par l’industrie ; jusqu’au jour enfin où la vérité fait surface.
.
En France, la mafia investie dans l’éolien. Un rapport du Service de renseignement et d’analyse sur la criminalité organisée (Sirasco) du commissaire Dimitri Zoulas dresse, en 93 pages, le portrait saisissant des familles du crime qui menacent des pans entiers de l’économie et de la sécurité nationale. Les mafias italiennes se diversifient dans les énergies vertes. Leur technique : «l’infiltration au sein d’administrations décentralisées» pour «influer sur la désignation des zones retenues pour l’implantation de parcs d’éoliennes» et récupérer ainsi d’importantes subventions européennes.
.
En Italie, c’est aussi chez elle que les mafiosos investissent. La police italienne a saisi, vendredi 13 juillet, en Calabre (sud) des biens appartenant à la N’drangheta, la mafia calabraise, d’une valeur de 350 millions d’euros, dont « l’un des parcs éoliens les plus grands d’Europe », ont indiqué les enquêteurs dans un communiqué. Elle commence à s’intéresser également à la privatisation des services publics, de l’eau par exemple. En Italie, différentes enquêtes ont montré que la Mafia contrôle quasiment tout le secteur de l’éolien en Sicile par le biais de centaines de sociétés qui semblent appartenir à des personnes différentes, mais qui en réalité, sont contrôlées par le même groupe.
.
Un homme d’affaires sicilien opérant dans les énergies renouvelables, est soupçonné de complicité avec la mafia. Quelques 43 sociétés opérant dans les secteurs éolien et photovoltaïque, une centaine de terrains et villas dans la région de Trapani, en Sicile, plusieurs voitures de luxe et un catamaran de 14 mètres… Au total, 1,5 milliard d’euros de biens appartenant à Vito Nicastri, le « seigneur du vent » 54 ans, leader italien de l’énergie éolienne, ont été mis sous séquestre.
.
Le maire d’une commune de Sardaigne vient d’être arrêté avec une somme en liquide inexpliquée chez lui en billets de 500 € …
.
L’opération est gérée par Enel Green power, le même promoteur qui a monté l’opération dans l’Allier au Chemin de la Ligue, et a revendu l’opération à un curieux cabinet parisien avec un siège en Normandie, manipulation financière unanimement dénoncée depuis plusieurs années par députés et sénateurs mais curieusement non sanctionnée.
.
Au Danemark encore, Vestas, le plus gros fabriquant d’éoliennes, pèse 1/3 du marché éolien mondial. La presse économique annonce aujourd’hui l’effondrement total de l’éolien Vestas au bord de la faillite. Qui va assurer le démantèlement des éoliennes Vestas que l’on importe massivement en France qui représentent environ entre 25 et 30 % du parc français ? Malgré 3700 licenciements (au lieu des 1600 annoncés l’année dernière), visiblement le navire Vestas coule, alors qu’il était l’une des plus belles valeurs de la bourse de Copenhague jusqu’à mai dernier.
.
Pour rappel le Directeur Général de Vestas France est le Président du syndicat des promoteurs  » France Energie Eolienne » et il a l’aplomb de promettre des dizaines de milliers d’emplois en France.
.
En Espagne, même punition que Vestas. C’est maintenant l’espagnol Gamesa un des leaders mondiaux de l’éolien qui prend la même pente que Vestas et se trouve dans la même situation avec un décalage de quelques mois. Il annonce aujourd’hui 2600 licenciements. En plus les probables fraudes aux certificats carbones risquent de se multiplier. (Plusieurs certificats vendus pour la même éolienne – ventes de certificats pour la puissance installée au lieu de la puissance produite qui est 5 fois moins élevée). 62 parcs éoliens français sont équipés d’éoliennes Gamesa, ce qui représente environ 400 machines pour 800 MW selon estimations, soit 15 % du parc éolien français.
.
En France, alors que tous les schémas régionaux sont dénoncés par les associations de citoyens et seront l’objet de recours, le gouvernement et notamment la Ministre de l’Ecologie ; Delphine Batho, s’obstinent à continuer et imposer un programme d’implantations massives d’éoliennes.
.
Le parti Europe-Ecologie-les Verts continue de nous faire croire que l’éolien entre autre, pourra remplacer le nucléaire. Il faut 3000 de ces machines pour produire autant d’énergie électrique qu’un seul réacteur. Nous en avons 53 d’installés. Il faudrait donc potentiellement 159 000 éoliennes pour obtenir la même production, à la condition que le vent souffle au minimum à 40 km/h, 24 heures sur 24 et les 365 jours de l’année.

.
.
.
Bonne lecture et bonne journée!

MyrisaJones from Switzerland Edit

.
Avec la hausse des énergies renouvelables, il faudra plus d’utilisation de combustibles fossiles.
Décembre 9, 2012 | Par Ralph Vartabedian, Los Angeles Times
.
Article complet:
http://articles.latimes.com/2012/dec/09/local/la-me-unreliable-power-20121210

Extraits: ( google trad.)
.
Quand les moulins à vent restent immobiles, un système de sauvegarde des générateurs des centrales à gaz est activé pour maintenir suffisamment d’énergie circulant sur ​​le réseau.
.
«L’un des coûts cachés de l’énergie solaire et éolienne -un problème où l’Etat n’est pas encore prêt à répondre – est que l’énergie éolienne et solaire doit être soutenue par d’autres sources, généralement des générateurs à gaz.
En même temps que des installations d’énergie solaire et éolienne sont connectées au réseau , pour remplir le mandat légal qui est de produire un tiers de l’électricité en Californie d’ici 2020, la demande pour une alimentation de secours par davantage de centrales à combustibles fossiles va augmenter.
.
« Le public entend que le solaire et le vent produisent une énergie libre et gratuite », a déclaré Mitchell Weinberg, directeur du développement stratégique pour Calpine Corp, qui détient Delta Energy Center. « Mais c’ est beaucoup plus compliqué que cela. »
.
« Les énergies éolienne et solaire sont appelés sources intermittentes, parce que la puissance qu’elles produisent peut soudainement disparaître, quand un banc de nuages ​​se déplace à travers le désert de Mojave ou le vent cesse de souffler à travers les montagnes de Tehachapi.
En à peine une demi-heure, mille mégawatts d’électricité – la sortie d’un réacteur nucléaire – peut disparaître en menaçant la stabilité du réseau.
.
Pour éviter cette calamité, les centrales à combustibles fossiles doivent être prêtes à produire de l’électricité en quelques secondes. Cela nécessite que leurs turbines restent continuellement chaudes mais sans pourtant produire davantage d’électricité, autrement que lorsque les données complexes transmisent par les réseaux détectent une chute brutale de la production des énergies renouvelables. Ensuite, des commutateurs informatisés sont déclenchés et les turbines reviennent à la vie en rugissant la puissance nécessaire juste à temps pour éviter les pannes éventuelles. »
.
« Le coût pour les consommateurs dans les années à venir pourraient se compter en milliards de dollars, selon les experts du secteur. Les prix de l’électricité en Californie sont déjà parmi les plus élevés du pays et devraient augmenter fortement dans les prochaines années. À l’heure actuelle, la nécessité d’une réserve d’alimentation par les centrales à combustibles fossiles, n’est pas considérée dans le coût de production de l’énergie renouvelable, car ce sont les consommateurs qui ont à supporter aussi bien ses coûts . »
.
.
En Suisse, malgré nos grandes centrale hydrauliques, qui produisent environ 60% de notre consommation (plus tous les projets hydrauliques et mini-hydrauliques annoncés) nous devrons construire 8 centrales à gaz, selon les spécialistes, pour prendre le relais, notamment des parcs éoliens planifiés.
.

1MW éolien nécessite 1MW en puissance hydraulique ou en gaz ( ou charbon ailleurs).
.
Donc un doublement des installations de production d’électricité, avec un coût supplémentaire non négligeable pour des centrales à gaz maintenues en fonction, en sous puissance, sans oublier l’investissement pour des centaines et des centaines de km de lignes électriques supplémentaires. (En Allemagne 30 mines de charbon remises en fonction + des centrales à gaz pour sortir du nucléaire… avec leurs 25 000 éoliennes)
.
Les éoliennes industrielles ne diminuent en rien la production de Co2, ce qui était pourtant un des arguments principaux des verts et des écolos de tous bords, pour faire de nos campagnes des zones industrielles éoliennes…
.
Les coûts cachés en carburant de l’électricité éolienne:
.
http://epaw.org/documents.php?lang=fr&article=backup7

Le développements des fermes éoliennes n’ont sauvé pratiquement aucune émission de dioxyde de carbone
.
[url=http://epaw.org/documents.php?lang=fr&article=backup15 ]http://epaw.org/documents.php?lang=fr&article=backup15
.
Sur la réalité des économies de combustibles fossiles par les éoliennes aux Pays-Bas.
.
http://epaw.org/documents.php?lang=fr&article=backup14

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s