SÉISME CHEZ LES PROMOTEURS ÉOLIENS – SIGNEZ LE REFERENDUM CONTRE L’AUGMENTATION DE LA RPC!

referendum RPC-850

.
.
.
SÉISME CHEZ LES PROMOTEURS ÉOLIENS SUISSES

. LE REPORTAGE DE LA TSR ICI.
.
EXIT Monsieur Hurter des SIG, enquêtes à l’interne et AUDIT pour investissements risqués!!!
.
Madame Chevalley a-t-elle pris la porte toute seule ou l’a-t-on poussée dehors???
.
Est-ce la raison pour laquelle la Romande Énergie annonce vouloir investir 1 milliard dans notamment le renouvelable???
.
S’imagine-t-elle faire de bonnes affaires en reprenant les gâteaux pourris des SIG???
CROYEZ-VOUS VRAIMENT QUE LA ROMANDE SOIT MIEUX GÉRÉE QUE LES SIG????
.
Voici que sort enfin ce que nous dénonçons depuis longtemps!!! La vérité finit toujours par se savoir!
.
ENQUÊTE SUR VAUD AUSSI, PLEASE!!!!!!!
.
.
.
.
**********************************************************************************************************
.
.
.
IL Y A 15 ANS, EN ALLEMAGNE, PLUS DE 100 PROFESSEURS DISTINGUÉS SIGNAIENT LE MANIFESTE DARMSTADT, ATTIRANT AINSI L’ATTENTION DU GOUVERNEMENT SUR LES RISQUES ET LES CONSÉQUENCES DE L’ÉOLIEN INDUSTRIEL. LECTURE ICI!
.
.
.
ICI LE REFERENDUM À SIGNER POUR PERMETTRE AU PEUPLE SUISSE DE SE PRONONCER SUR LA MODIFICATION DE LA LOI SUR L’ÉNERGIE ET LE DÉPLAFONNEMENT DE LA RPC, DEAD LINE 30 SEPTEMBRE 2013, HÂTEZ-VOUS!
.
Que les choses soient bien claires, aider la production indigène est une chose à mettre en avant par tous les moyens possibles. La lecture du précédent billet vous montrera que le système actuel ne va pas du tout dans ce sens et que la modification de la loi sur l’énergie concoctée par nos politiciens ne fera qu’ aggraver les choses. En fait c’est une refonte complète du système de cette subvention qu’il faudrait!
.
Je vous invite aussi à la relecture de ce billet où vous (re)découvrirez qu’en Suisse, il n’y a pas de cloisonnement hermétique entre nucléaire et renouvelable. Les groupes énergétiques sont actifs dans toutes les disciplines dans un tutti frutti digne d’une casatta sicilienne et, pendant qu’ils ventent les vertus de l’immaculé renouvelable, n’ont pas peur de faire de l’argent avec du nucléaire, du charbon et du gaz de schiste!
.
Pour conclure, un referendum abouti ne sonne pas forcément le glas d’une nouvelle loi mais permet un débat public de la question, le peuple ayant le dernier mot.
Jusqu’alors, nous, Citoyens Suisses, sommes exclus de la question et soigneusement tenus à l’écart de décisions qui nous concernent tous. La question est d’une importance telle qu’il est juste hors de question pour la laisser aux soins de nos seuls politiciens!
.
Morale de la présente note: SIGNEZ ET FAITES SIGNER!!! Réappropriez-vous VOTRE débat!!!
.
.
.
L’OFEN LÂCHE LE SOLAIRE AU PROFIT DE L’ÉOLIEN INDUSTRIEL
.
Alors que, en juillet 2012, Météotest annonçait, dans une étude commanditée par l’OFEV, le potentiel du solaire largement supérieur à celui de l’éolien, l’OFEN, du bureau d’à côté, n’accorde aucune attention au travail fait par son voisin et n’en fait qu’à sa tête. Ainsi, avons nous appris qu’en août dernier, l’OFEN a décédé de couper dans les aides allouées au photovoltaïque sous prétexte de rentabilité acrue et de couts d’investissement ayant diminués. Monsieur Calculette a passé les chiffres annoncés à l’examen et nous pouvons voir que les véritables raisons ne sont pas celles annoncées par Berne
.
Mais les choses sont pires encore:
.
Pour information et réaction avant le 11.09.13 (délai de consultation publique pour la modification de la loi sur l’énergie) auprès de l’OFEN, voici les documents présentant la révision de l’ordonnance sur l’énergie (OEne) et de l’attestation du type de production et de l’origine de l’électricité (OAOr).
.
tout documents officiels disponibles ici
.
Notons une information que l’OFEN s’est bien gardé d’annoncer dans sa conférence de presse:
.
Dans l’annexe OEne-OAOr-revision-2013_Projet-OEne.fr, page 12-13, on y découvre que la rétribution de l’électricité éolienne va encore augmenter, jusqu’à 23.6 cts/kWh, une hausse de 15% par rapport à 2012 alors que les tarifs sont à la baisse pour le solaire.
.
Il faut savoir que depuis 2008, du à la chute de l’EURO, le prix des éoliennes industrielles a baissé de 25 à 30%, et qu’elles comptent pour 75% de l’investissement d’un parc.
.
On peut aussi se poser des questions qui poussent l’OFEN à permettre une telle hausse de tarif, alors que le prix de l’électricité sur le marché européen est à la baisse, actuellement environ 4cts/kWh, ce qui signifie que le courant éolien aléatoire recevra un subside de 20cts/kWh !
.
Pour le cas où 1000 éoliennes de 2 à 3MW seraient installées, avec une production de 4GWh chacune, la totalité du subside RPC atteindrait 800 mio CHF par année !!!! (entre 4 et 5x le prix du marché et sans bénéfices pour l’économie suisse puisque cette technologie est importée)
.
Cette hausse est un aveu flagrant que l’énergie éolienne n’est pas rentable en Suisse, faute de vent, puisque la rétribution est généreusement augmentée alors que les coûts des installations ont baissé depuis 2008.
.
Ceci signifierait aussi que les pronostics de productions éoliennes annoncées ces dernières années ont été surévalués, et que l’on cherche à corriger le tir de la non rentabilité par une augmentation massive des subsides .
.
(+15% pour le tarif RPC et -15% de baisse des investissents via l’Euro, indiqueraient une surestimation de production validée par l’OFEN d’au moins de 30%, si ce n’est pas plus ) *
.
Les arguments avancés par l’OFEN pour justifier le retrait des subventions au solaire ne sont pas appliqués pour ce qui concerne l’éolien industriel!.
.
LA PROMOTION DU RENOUVELABLE EN SUISSE EST UN SPORT À GÉOMÉTRIE TRÈS VARIABLE: ALORS QUE VOS CHANCES SERONT DE PLUS EN PLUS LIMITÉES DE VOUS FAIRE AIDER POUR DEVENIR (UN PEU) AUTONOME DE LA GRANDE DISTRIBUTION, VOUS N’EN CONTINUEREZ PAS MOINS DE SUBVENTIONNER L’INDUSTRIE TOUTE HEUREUSE DE PUISER DANS L’ARGENT PUBLIC!!!!
.
.

Publicités

5 réflexions sur “SÉISME CHEZ LES PROMOTEURS ÉOLIENS – SIGNEZ LE REFERENDUM CONTRE L’AUGMENTATION DE LA RPC!

  1. 30% =

    Un tiers de la production surévaluée par les promoteurs pour vendre leur machines…
    C’est exactement ce qui a été constaté dans tous les parcs éoliens construits à travers le monde après leur mise en fonction.
    Il est tout de même de plus en plus surprenant de constater, qu’en Suisse les subventions à l’éolien industriel vont continuer à prendre l’ascenseur alors que de plus en plus de pays européens baissent ou suppriment totalement les subventions à cette industrie. Pourquoi?
    S’ils agissent ainsi, c’est qu’après avoir expérimenté la quantité ridicule de cette production -nécessitant la construction de centrales thermiques très polluantes en parallèle- et comparé les coûts faramineux pour la société et l’environnement, ils n’ont plus pu nier l’évidence: c’est une immense tromperie écologique et financière!

    Quelle est donc l’énergie qui peut réellement remplacer le nucléaire?
    Pas les éoliennes industrielles, mais le charbon, le gaz conventionnel et le gaz de schiste
    Petit problème: les verts, les roses, et tous leurs spécialistes bobos et auto-proclamés, ne veulent ni le nucléaire, ni le gaz, ni le charbon, ni le pétrole…

    Il reste donc l’éolien industriel, qui produit 1 jour sur 6 en moyenne sur une année…
    Le solaire, mais à qui on retire les subventions progressivement. Ce qui veut dire que seuls un petit pourcentage de la population pourra s’offrirent des panneaux solaires…
    L’hydraulique, dont on ne peut pas augmenter indéfiniment la capacité. Car bien plus rapidement que prévu, avec la fonte des glaciers, l’eau des grands barrages va manquer progressivement…
    Et enfin la géothermie, qui essaie de se profiler à l’horizon avec les difficultés que l’on connaît…
    Conclusion: sans changer de mode de vie et sans une décroissance, organisée parce que choisie, il n’y a pas d’issue. Et les énergies renouvelables à échelle industrielles, ressemblent de plus en plus à un doux rêve de naïfs rêveurs.

    Car lorsque on annoncera à la majorité des citoyens, les pauvres et la classe moyenne, une augmentation de 50% à 100%- et plus encore- des coûts de l’énergie, mais alors également des biens de consommation, des transports, de la nourriture, des loyers, parce que les éoliennes ne produisent pas assez, que la production solaire est restée trop confidentielle par décision politique sous la pression des lobbys industriels et que la construction des centrales à gaz ont été refusées la gauche verte « caviar », que croyez-vous qu’il va se passer…

    Sur le lien suivant un article du journal anglais Daily mail online datant de fin 2011.
    L’analyse qui est faite de la situation anglaise rejoint ce qui est en train d’arriver dans tous les pays qui se sont jetés, depuis une vingtaine d’années, tête baissée dans l’éolien industriel, sans tenir compte de la réalité, ni voir la manipulation gigantesque orchestrée par les multinationales de l’énergie, les entreprises transnationales et les banques, grâce à la naïveté écologiques des milieux politiques et des grandes associations environnementales.
    Edifiant!

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-1361316/250bn-wind-power-industry-greatest-scam-age.html

    Pourquoi l’industrie de l’énergie éolienne de 250 milliards EUR pourrait être la plus grande escroquerie de notre époque – et voici les trois «mensonges» qui le prouvent.
    Par CHRISTOPHER BOOKER

    « Pas un jour ne passe sans davantage de preuves pour montrer pourquoi l’obsession du gouvernement avec les éoliennes, désormais au centre de notre politique énergétique nationale, est l’une des plus grandes erreurs politiques de notre époque.

    En vertu d’un objectif convenu avec l’UE, la Grande-Bretagne s’est engagée dans les dix ans – à la charge astronomique – de générer près d’un tiers de son électricité à partir de sources renouvelables, principalement grâce à la construction de milliers d’autres éoliennes.

    Mais s’appuyer sur des moulins à vent pour garder nos lumières, alors que les finances sont finalement en baisse pour presque tout le monde – à l’exception de nos politiciens -, est un acte colossal et très dangereux d’auto-tromperie.

    Prenez, par exemple, la monstruosité de 350ft,au-dessus de la M4, familière à des millions d’automobilistes qui conduisent et voient en passant comme elle tourne lentement.
    Cette éolienne est si mal réalisée (elle travaille à seulement 15% de sa capacité) que la subvention gouvernementale 130.000 £ donnée à ses propriétaires représente plus que la valeur de £ 100,000 d’électricité qu’elle produisait l’an dernier.

    Pendant ce temps, les chiffres officiels ont confirmé que pendant ces semaines de grand froid, sans vent autour de Noël, lorsque la demande d’électricité a atteint des niveaux records, la contribution apportée par 3.500 turbines de Grande-Bretagne était minuscule.
    Et que pour garder nos maisons chaudes nous étions en train d’importer de grandes quantités d’électricité à partir de réacteurs nucléaires en France.
    Les éoliennes sont si chers, que la Hollande, récemment devenue le premier pays en Europe à renoncer à son objectif de l’UE sur les énergies renouvelables, annonce qu’elle réduit sa subvention annuelle de plusieurs milliards d’euros.
    Si impopulaire sont les éoliennes que notre propre gouvernement vient d’offrir des «pots de vin» aux collectivités locales, sous la forme de baisse de la « council tax » et des factures d’électricité.

    En Ecosse, les 800 habitants de l’île de Tiree, qui tentent désespérément de résister aux plans d’Alex Salmond et au chemin de fer, à travers ce qui sera le plus grand parc éolien offshore du monde, couvrant 139 miles carrés au large de leurs côtes, disent que cela va détruire leur communauté en chassant les touristes qui fournissent un soutien à une grande partie de leur vie.  

    L’hypocrisie environnementale du lobbying pour l’énergie éolienne, récemment exposée dans un rapport du journal, montre l’immense catastrophe humaine et écologique infligée dans le nord de la Chine par l’extraction des minéraux de terres rares, nécessaires pour faire fonctionner les aimants géants que chaque turbine en Occident utilise pour générer la puissance.

    Voici en résumé quelques-unes des raisons pour lesquelles les gens commencent à se réveiller en voulant baisser l’horrible activité éolienne. Et depuis que j’ai commencé à écrire sur les éoliennes il y a neuf ans, je suis venu pour vérifier comment pour eux, ce cas repose sur trois grands mensonges.

    Le premier grand mensonge prétexte que les turbines sont autrement que ridiculement inefficace .

    La malhonnêteté la plus flagrante colportée par l’industrie éolienne – et relayée par les politiciens crédules – est d’exagérer largement la production des turbines, délibérément, en ne parlant qu’en termes de «capacité», comme si c’était ce qu’elles produisent réellement.
    Au contraire, il s’agit du montant total de la puissance qu’elles ont la capacité de produire.
    Cela signifie que pour les 1000 mégawatts de la totalité des 3.500 turbines situées autour du pays, l’alimentation fournie en moyenne dans le réseau est dérisoire: pas plus que ce qui sort d’une unique centrale électrique conventionnelle, de taille moyenne.
    En outre, comme elles augmentent en nombre (le gouvernement veut voir 10.000 de plus dans les prochaines années), il sera devenu nécessaire de construire une douzaine de centrales électriques au gaz, ce qui est tout à fait grotesque dans la course aux émissions de CO2, tout simplement pour fournir tout le temps et instantanément lors du « back-up » quand le vent tombe.

    Le deuxième grand mensonge ridicule sur l’énergie éolienne prétexte que ce n’est pas une façon coûteuse de produire de l’électricité. Pourtant nul ne songerait à construire des éoliennes à moins qu’elles n’aient été garanti par une subvention gouvernementale énorme.

    Cela vient sous la forme du régime des « Renewables Obligation Certificate », subventions, payées par les factures des ménages, par lequel les propriétaires d’éoliennes gagnent un supplément de £ 49 pour chaque «mégawattheure» qu’ils produisent, et cette somme étant deux fois plus élevée pour les éoliennes offshore.
    C’est pourquoi tant de gens se rendent compte maintenant que la manne du vent – presque entièrement dominé en Grande-Bretagne par les entreprises étrangères, allemandes françaises, espagnoles et d’autres – est l’une des plus grandes escroqueries de notre époque.
    Quelle autre industrie obtient une subvention publique équivalente à 100 ou même 200 pour cent de la valeur de ce qu’il produit?
    Nous ne pouvons pas être au courant de tout ce que nous déversons dans les poches des promoteurs d’énergie éolienne, parce que nos factures nous cachent cela – mais aussi de plus en plus d’éoliennes vont être construites, ce qui pourrait bientôt ajouter des centaines de livres par an à nos factures.
    Quand une firme suédoise a récemment ouvert ce qui est maintenant plus grand parc éolien offshore du monde au large de la côte de Kent, à un coût de 800 millions £, on nous a dit que sa «capacité» était de 300 mégawatts, assez pour fournir de l’énergie «verte» pour des dizaines de milliers des maisons.
    Ce que nous ne savions pas, c’est que son rendement réel en moyenne serait de seulement 80 mégawatts- soit un dixième de celle fournie par une centrale au gaz – pour lequel nous devrons tous payer une subvention de 60 millions de livres sterling par an, soit EUR 1,5 milliard, au cours de la durée de vie de 25 ans des turbines.

    Le troisième grand mensonge prétexte que cette industrie est, en quelque sorte, une contribution essentielle pour «sauver la planète» en réduisant nos émissions de CO2 – Ce n’est pas le cas.

    Même si vous croyez que l’arrêt de l’utilisation des combustibles fossiles pourrait changer le climat de la Terre, la réduction de CO2 atteint par les éoliennes est si insignifiant qu’un seul grand parc éolien permet d’économiser beaucoup moins, en un an, que ce qui se dégage au cours de la même période, par un seul vol quotidien de jumbo jet entre entre l’Angleterre et l’Amérique.
    Ensuite, bien sûr, la construction des turbines génère d’énormes émissions de CO2 à la suite de l’extraction et la fusion des métaux utilisés, le ciment à forte intensité carbonique nécessaire à leurs immenses fondations en béton, la construction de km de routes souvent nécessaires pour les déplacer sur le site, et la libération d’immenses quantités de CO2 enfermés dans les tourbières où de nombreuses éoliennes ont été construites.
    Quand vous considérez aussi, ces centrales à gaz fonctionnant inutilement 24 heures par jour juste pour fournir un secours pour l’intermittence du vent, ces économies vont disparaître complètement.

    Pourtant, c’est sur la force de ces trois auto-tromperies massives que notre gouvernement s’est engagé dans l’un des paris les plus téméraires dans notre histoire politique: l’idée que nous pouvons nous tourner vers les caprices du vent pour fournir près d’un tiers de l’électricité dont nous avons besoin pour maintenir notre économie sur les rails, soit plus de 90 pour cent de ce qui est encore actuellement fourni par le charbon, le gaz et l’énergie nucléaire.
    Il est vrai que cet objectif de porter la contribution de vent de plus de dix fois au cours des neuf prochaines années a été fixé par l’UE.
    Mais il n’est pas bon de blâmer Bruxelles d’avoir eu comme cible une ambition tellement absurde, parce que personne n’était plus enclin à adopter celle-ci, que nos propres politiciens, dirigé d’abord par Gordon Brown et Ed Miliband et maintenant par David Cameron et le secrétaire à l’énergie Chris Huhne.
    Pour atteindre cet objectif, notre gouvernement veut nous voir dépenser £ 100 milliards sur la construction de 10.000 autres turbines, plus un autre 40 milliards EUR pour la connexion de toutes les turbines au réseau.

    Ce pays sera bientôt confronté à un déficit énergétique colossale, et sera dépendant des pays politiquement peu fiables, tels que la Russie et l’Algérie pour l’approvisionnement en gaz.
    Selon l’industrie de l’électricité, nous aurons alors besoin de dépenser un autre 100 milliards € sur les centrales classiques pour fournir une aide au back-up – ce qui ajoute à 240 billion EUR en 2020, soit un peu plus de 1000 £ par an pour chaque ménage du pays .
    Et pour cela, nos politiciens sont très heureux de voir nos campagnes, et les mers autour de nos côtes, étouffées dans de vastes ensembles de machines industrielles géantes, ne produisant toutes qu’une quantité d’électricité qui pourrait être fournie par les centrales classiques à un dixième du coût.

    Cette fuite de la réalité est vraiment l’une des plus grandes folies.

    Mais ce qui, d’une imagination folle, la transforme en une catastrophe potentielle, est que la Grande-Bretagne va bientôt faire face à un déficit énorme de ses approvisionnements en électricité, quand on voit la fermeture de centrales électriques conventionnelles, qui réunissent actuellement près de 40 pour cent de nos besoins en électricité.
    Tous, sauf deux de nos centrales nucléaires vieillissantes arrivent à la fin de leur vie utile, avec peu de chances d’entre eux étant remplacé pendant de nombreuses années.
    Six de nos grandes centrales au charbon seront contraintes de fermer en vertu d’une directive anti-pollution de l’UE, et notre gouvernement fait de son mieux pour s’assurer que nous n’en construisons plus.
    Il n’y a aucun moyen de pouvoir espérer rattraper plus d’une fraction de l’écart résultant de l’énergie produite uniquement avec des éoliennes, pour la raison simple et évidente, que le vent est une source d’énergie trop intermittente et peu fiable.

    Pendant ce temps, ce pays sera bientôt confronté à un déficit énergétique colossal, tout en s’appuyant sur les pays politiquement peu fiables tels que la Russie et l’Algérie pour l’approvisionnement en gaz.
    Ce que nous voyons, en bref, est le prix que nous commençons à payer pour les deux dernières décennies, au cours desquelles notre politique énergétique est devenue irrémédiablement biaisée, par les sirènes des écologistes, d’abord pour convaincre nos politiciens à se passer du charbon et de ne pas de construire des centrales nucléaires plus, puis à l’automne, pour le rêve chimérique que nous pourrions jouer l’avenir de notre pays sur la puissance illimitée et «propre» du vent et du soleil.
    Partout dans l’UE, d’autres politiciens se réveillent devant l’impasse à laquelle cette folie nous a conduit.

    Les Danois, qui ont construit plus d’éoliennes par tête que quiconque, ont compris la bêtise d’une politique qui leur a donné les prix de l’électricité les plus élevés en Europe, alors qu’ils doivent importer une grande partie de leur alimentation de l’étranger.
    En Espagne, la ruée vers l’énergie éolienne et solaire s’est avérée un désastre national.
    En Allemagne, après avoir construit plus de turbines que tout autre pays dans le monde, ils sont en train de construire comme des fous de nouvelles centrales au charbon.
    C’est seulement en Grande-Bretagne que notre classe politique reste emprisonnée dans son engouement pour le vent et reste prête à courtiser cette chimère dangereusement erronée. »

    Depuis, l’Angleterre ( à la suite de l’Espagne et de nombreux autres pays européens) semble revenue à la raison en voulant supprimer les subventions.
    Nous pouvons dès lors reprendre la conclusion de l’article et dire:

    « C’est seulement en Suisse que notre classe politique reste emprisonnée dans son engouement pour le vent et reste prête à courtiser cette chimère dangereusement erronée. »

  2. Un autre site avec de nombreux témoignages vidéos de riverains d’éoliennes en Australie.

    http://stopthesethings.com/experience/

    Wind farms aren’t noisy, are they?

    « Le bruit peut être très ennuyeux et il n’y a pas d’échappatoire. Les personnes suivantes ont généreusement partagé leurs histoires de vie, ou le besoin de fuir les éoliennes qui sont situées trop près de leurs maisons, dans l’espoir que cela permettra d’éviter à quiconque le même calvaire. Ils se plaignent souvent de la façon dont cela a été préjudiciable à leurs communautés et à leur environnement. »
    Nous avons recueilli les expériences de personnes réelles dans les Etats:
    – De Victoria (Hepburn Wind Farm, Waubra Wind Farm, Cape Bridgewater),
    – De Nouvelle-Galles du Sud (Crookwell Wind Farm, Capital Wind Farm)
    – D’Australie du Sud (Waterloo Wind Farm).

    18 témoignages regroupés sur youtube

    Lien:

  3. Les mensonges avérés de Mme Chevalley

    Un exemple d’une loi d’indemnisation votée par le parlement du Danemark qui a du reconnaître la perte de valeur des biens subie par les riverains d’éoliennes…

    The Copenhagen Post | 12 Novembre, 2012 |

    Extraits :

    « Une évaluation du paiements de 551 indemnités pour les personnes vivant à côté d’éoliennes, indique que le montant moyen était de 57.000 couronnes par ménage.
    Les agents immobiliers disent que la quantité est souvent bien inférieure à la perte réelle de valeur de la propriété, ce qui dans certains cas est en hausse de 20 pour cent.
    La clause de perte de valeur a été adoptée par parlement en 2008 à l’instigation du Dansk Folkeparti (DF) et a donné aux voisins des éoliennes la possibilité de demander une compensation financière pour la valeur des biens perdus.
    Cinquante-trois pour cent des candidats ont reçu une compensation, mais ceux qui ont eu droit à l’argent disent que le montant attribué ne reflète de loin pas la valeur réelle de la perte subie »
    L’un d’eux, Torben Tornvig, del a ville de Brande dans Jutland, a reçu 75.000 couronnes pour compenser la perte subie à la suite d’éoliennes de 150m, actuellement en cours de construction à 630 mètres de son domicile.
    «Je ne veux pas vivre ici avec ma famille et je suis très déçu par le montant de l’indemnisation, » a déclaré Tornvig au journal Jyllands-Posten.
    « Mon agent immobilier a estimé que la valeur de ma propriété s’est déprécié d’ au moins 500.000 couronnes. Le paiement de couronnes 75 000 n’est rien quand vous avez des moulins à vent si proche et si dominants. Je ne sais même pas si je peux vendre la propriété « .

    « Le porte-parole de l’environnement DF, Jørn Dohrmann, a reconnu la frustration de la population vivant à proximité d’éoliennes, mais a souligné que ces compensations, c’était mieux que rien. »

    «Nous savons que les grandes éoliennes sont un problème pour les gens qui vivent à côté d’eux et qu’elles dévaluent leurs propriétés. Nous pouvons toujours discuter de savoir si la quantité des sommes suffit, mais au moins à travers celles-ci, nous avons eu un accord de compensation. Sinon ils n’auraient pas eu quoi que ce soit « , a déclaré Dohrmann dans le Jyllands-Posten.

    « Le ministère de l’Energie, qui gère le système de compensation, est également chargé de promouvoir le développement des énergies renouvelables. Certains ont fait remarquer qu’il s’agit d’un conflit d’intérêts et demandent maintenant que les décisions soient prises par une organisation différente, comme le ministère de la Justice. »

    « Rasmussen estime que sa maison perdra environ 1 million de couronnes en valeur à cause des éoliennes, mais comme il vit plus à d’un kilomètre d’elles, il ne recevra aucune compensation.
    Les autorités d’évaluation sont divisées en cinq régions et sont constituées d’un juriste, un agent immobilier et un représentant du ministère de l’Energie.  »

    Birgitte Egelund Olsen, professeur à l’Université d’Aarhus et à la tête de la centrale d’évaluation de l’autorité régionale du Jutland, a nié que les montants ont été définis à l’avance.
    «Je peux comprendre que les gens pensent que les montants sont trop petits, mais nous réalisons une évaluation indépendante,au cas par cas, où un certain nombre de choses sont évaluées: la distance aux turbines, l’aspect visuel, le bruit, l’ombre, le caractère de la propriété et l’évaluation du marché immobilier de la région », a-t-elle déclaré dans le Jyllands-Posten.

    DEPUIS L’ENTREE DE LA LOI EN JANVIER 2009, UN TOTAL DE PLUS DE 31.200 000 DE COURONNES A ETE ATTRIBUE

    http://windturbinepropertyloss.org/site/category/recent-news/

  4. Les mensonges avérés de Mme Chevalley

    Suite : la dévaluation patrimoniale

    Sur le site de Vent de raison, une étude, a été publiée concernant la dévaluation patrimoniale subie par les riverains de parcs éoliens.

    http://www.ventderaison.com/dossiers/a-propos-de-l-eolien/39-economique/40-impact-de-valorisant-des-parcs-e-oliens-sur-le-patrimoine-immobilier

    « Impact dévalorisant des parcs éoliens sur le patrimoine immobilier

    1 INTRODUCTION

    Il est établi clairement que les riverains d’une centrale éolienne voient leur patrimoine immobilier considérablement déprécié. Il arrive fréquemment que les EIE ne veulent pas traiter le sujet sous prétexte que cela ne fait pas partie des prescrits.
    On peut alors leur opposer les prescriptions du Cadre de Référence 15 Annexe B:– Forme et Contenu minimum d’une étude d’incidences sur l’environnement
    6° Description des effets importants directs et indirects que le projet est susceptible d’avoir sur l’environnement (y compris notamment sur la population, la faune, la flore, le sol, l’eau, l’air, les réserves naturelles et les réserves forestières, les sites Natura 2000, les facteurs climatiques,
    les biens matériels, le patrimoine architectural et archéologique, le paysage ainsi que l’interaction entre les facteurs précités) comportant une indication précise des méthodes de prévision et des hypothèses de base retenues ainsi que des données environnementales pertinentes utilisées. »
    De multiples reportages en France ont montré le désarroi des voisinsdes usines éoliennes, qui, ne parvenant plus à supporter les insomnies et le stress, décidaient de vendre, et ont dû vivre l’amère déception de constater que leur
    maison ne valait plus qu’une partie de sa valeur. On admet actuellement que cette dévaluation se situe aux alentours de 30% dans un rayon de 5km.
    Si les propriétaires et exploitants des terrainsagricoles recevant les éoliennes et même ceux attenants où aucuneéolienne n’est implantée se voient octroyer une indemnisation, il n’y a pas deraison qu’il en soit autrement pour les riverains. Cette dévaluation atteint une dimension particulièrement pénible lorsque ces riverains voient leur emprunt hypothécaire remis en question pour cause de réduction de la valeur du bien hypothéqué. »

    S’ensuit la JURISPRUDENCE EUROPÉENNE – Pays Bas , Royaume Uni, France, Allemagne, Danemark ( article cité dans le précédent comment ) Belgique.

    http://www.ventderaison.com/images/documents/dossiers/etudes_analyses/VdR_devalorisation_patrimoniale.pdf

    Ainsi en Suisse, malgré les preuves provenant du monde entier, cet aspect est toujours nié.
    Tout comme les impacts visuelles et sonores – dont les infrasons- sur la santé des riverains, les atteintes graves à l’environnement, au paysage, au sous-sol, à la faune, à l’avifaune et enfin le « racket » par tous les moyens, des finances publiques, à cause de subventions étatiques extraordinairement élevées, alors que la production est surévaluée parce que tragiquement dérisoire…
    Combien d’exemple comme celui des SIG faudra-t-il encore pour que les autorités politiques réalisent ce qu’il y a vraiment derrière tout cela?

  5. http://dddusmma.wordpress.com/2013/03/05/bad-news-for-wind-energy/

    Mauvaises nouvelles pour l’énergie éolienne
    5 MARS 2013

    « Il a été généralement reconnu que l’utilisation du vent pour produire de l’électricité, est inefficace, coûteux et peu fiable.
    Maintenant, les nouvelles montrent que c’est encore pire qu’on ne le pensait précédemment.
    Le rapport suivant:
    La performance des parcs éoliens au Royaume-Uni et du Danemark , G.Hughes, publiée la Renewable Energy Foundation, Londres

    http://www.ref.org.uk/attachments/article/280/ref.hughes.19.12.12.pdf

    à établi que les facteurs de capacité pour les fermes éoliennes on-shore baisse de 24% dans la première année d’exploitation, à 15% en dix ans, et à 11% la 15ème année.
    Ces résultats sont étonnants, en ce que la littérature indique généralement un facteur de capacité uniforme de 30%,sur lequel sont généralement fondées les projections financières.
    (En Suisse on parle de plus de 25% de capacité, alors que le chiffre réel est de 15% à 18%)

    Le rapport contient encore de pires nouvelles pour les parcs éoliens off-shore. Au Danemark, la production a diminué de 40% dans la première année de fonctionnement, à moins de 15% en 10 ans.
    Une autre source indique que les facteurs de capacité diminuent de 1 à 2% par an.
    Un rapport publié par le Laboratoire national Lawrence Berkeley dit que parce que les développeurs ont reçu des subventions, plutôt que des crédits d’impôt pour la quantité d’électricité produite, ils ont construit des parcs éoliens où les conditions de vent sont moins favorables.
    Maintenant, un nouveau rapport publié par Amanda S. Adams, de l’Université de Caroline du Nord à Charlotte, et David W. Keith, de l’Université de Harvard, dans les revues Environmental Research Letters indiquent que la capacité des fermes éoliennes est surévaluée. »

    « Une conclusion résultant de la baisse de la production d’électricité par éoliennes provenait d’une étude réalisée par l’Université d’Edimbourg. Cette étude a conclu qu’il ne serait pas rentable de construire les éoliennes pour à peine plus que 12 à 15 ans, ce qui est beaucoup moins que la durée de vie prévue de 20 à 25 ans.
    Toutes ces études sont de mauvais augure pour l’énergie éolienne et l’argent des contribuables utilisé pour soutenir leur construction. »

    De là à imaginer que les pays ayant fortement développé le secteur industriel de l’éolien, taisent ces performances médiocres, dans le but d’exporter à tout prix- y compris dans pays ayant peu de vent, comme la Suisse– le plus de machines possibles, avant que cela se sache et que tout un pan de leur économie ne s’effondre… il n’y a qu’un pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s